Itinéraire Lligordà et Palera. Route 5 Palera

Une promenade à travers les forêts pour visiter trois joyaux romans de la vallée: Lligordà, Sant Sepulcre de Palera et Santa Maria de Palera, construits entre le IXe et le XIIe siècle.

Modalité
  • À pied
Région
  • Garrotxa
Communes
  • Beuda
Le temps
  • Moins de 3 heures
Difficulté
  • Facile
Temps
  • 1h
Distance en km
  • 3,2kn
Altitude maximal
  • 300m
Altitude minime
  • 232m
Dénivellement accumulé en montée
  • 117m
Dénivellement accumulé en baissé
  • 117m

Nous commençons la route à Sant Pere de Lligordà.

Temple du XIIe siècle, bien que ce lieu soit documenté depuis la fin du Xe siècle. La première référence documentée du temple date de l’année 1079 lorsque, Uralard, vicomte de Bas et son épouse Ermessenda cédèrent au monastère de Sant Victor de Marsella l’église de Sant joan les Fonts afin d’y fonder un monastère bénédictin. Pour son établissement, ils cédèrent également des terres et d’autres biens, dont l’église de Sant Pere de Lligordà.

À l’indicateur B4, nous nous dirigeons vers le Sant Sepulcre de Palera en suivant les marques jaunes. Au bout de 10 min, nous trouvons un nouvel indicateur B5 can Lletanis et nous continuons vers le Sant Sepulcre par les Boscos de Palera, où nous trouverons l’indicateur B6 et, en 10 minutes, nous arriverons au Sant Sepulcre de Palera, indicateur B7.

La première référence documentée de Palera est un testament du comte évêque Miró Bonfill, de l’année 979. En 1075, un autre document mentionne déjà l’église du Sant Sepulcre. En 1085, un nouveau temple est consacré en présence de divers évêques et de l’abbé de Santa Maria de la Grassa, ce qui laisse penser qu’en 1075, lorsque l’on mentionnait l’église, celle-ci devait être en construction ou elle a été de nouveau édifiée entre ces années.

La construction de cette église fut financée par les seigneurs de Palera, Arnau Gonfred et son épouse Bruneguida, qui en 1107 la cédèrent à l’abbaye de la Grasse qui va y instituer un prieuré. Cette donation fut confirmée en 1119 par le pape Gélase II.
Grâce aux indulgences octroyées au prieuré, celui-ci va devenir un centre de dévotion populaire et de pèlerinage.

À un certain moment du XVIe siècle, ce prieuré va se détacher de l’abbaye de la Grassa, en 1558 le prieur de Palera était moine de Sant Esteve de Banyoles. Au XVIIIe siècle, étant donné le mauvais état de conservation, des travaux furent entrepris et à la fin du siècle il fut occupé par l’armée française. À partir de 1816, il va dépendre de Sant Pere de Besalú. Le prieuré sera conservé comme tel jusqu’en 1835. L’église va être rénovée durant la seconde moitié du XXe siècle.

Nous nous dirigeons désormais vers Santa Maria de Palera, toujours en suivant les marques jaunes. Ce tronçon coïncide également avec le GR2 ; nous y arrivons en 10 min.

À proximité du monastère du Sant Sepulcre de Palera, nous trouvons ce petit temple du XIe siècle, documenté comme une paroisse pour la première fois en 1085, durant l’acte de consécration du monastère. À la fin du XVIe siècle, il perd son statut de paroisse et devient un diocèse suffragant de Sant Pere de Lligordà.

Il dispose d’une seule nef surmontée d’une voûte en berceau renforcée par deux arcs-doubleaux. La nef se termine par une abside sans décoration avec une fenêtre ébrasée au centre.

Sous la fenêtre se trouve une réplique de la Mare de Déu de Palera, conservée au musée d’art de Gérone. Il s’agit d’une image de la Vierge à l’enfant, sculptée au début du XVe siècle.

Le clocher de la tour est un clocher-mur. La porte, située sur la façade ouest, a été rénovée en 1834, comme en témoigne la date gravée sur le mur, bien qu’elle ait conservé des éléments en fer forgé de l’époque romane.

À l’intérieur, elle a conservé un bénitier de la fin du XIe siècle-début du XIIe d’une extrême simplicité.

Nous sortons de Santa Maria et retournons vers Sant Pere de Lligordà en réalisant un circuit circulaire qui nous fera passer par Quintans de la Masó, indicateur B8, où nous quitterons le GR2 et nous dirigerons vers Can Prim et Cal Sant, indicateur B9. Depuis Cal Sant, nous serons de nouveau à Sant Pere de Lligordà, là où nous avons commencé la route, en un quart d’heure.