Montée au Mare de Déu del Mont depuis Beuda. Route 2 Beuda

L’église du sanctuaire est de style roman tardif et date du début du XIVe siècle. Le presbytère, derrière l’église et adossé, date des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle conserve, bien restaurée, la chambre qu’occupait Verdaguer avec le mobilier de l’époque

Modalité
  • À pied
Région
  • Alt Empordà
  • Garrotxa
Communes
  • Albanyà
  • Beuda
Le temps
  • Entre 3 et 4 heures
Difficulté
  • Moyenne
Temps
  • 3h20min
Distance en km
  • 6,9 Km (anada)
Altitude maximal
  • 1.085m
Altitude minime
  • 303m
Dénivellement accumulé en montée
  • 824m
Dénivellement accumulé en baissé
  • 11m

Nous sortons du village de Beuda à l’indicateur d’Itinerànnia G155, nous continuons par la route goudronnée qui passe derrière l’église. Rapidement, le chemin marqué bifurque sur la gauche. Nous trouvons l’indicateur vertical AG16 Ca n’Oliveres, et nous continuons tout droit en montée jusqu’à une plaque qui nous indique que nous sommes sur le chemin de la Salve Regina. Nous continuons pour récupérer la route. Nous prenons à gauche. Après 300 mètres sur la route, nous arrivons à la Font de Roca Pastora AG17 et à la falaise du même nom. Nous suivons la route goudronnée sur environ 700 mètres et arrivons au monastère de Sant Llorenç de Sous, indicateur AG21. Nous prenons à gauche. Nous continuons à monter jusqu’à ce que nous apercevions dans un virage le chemin de la Mare de Déu. Nous l’empruntons jusqu’à récupérer la route goudronnée. Nous allons à droite et reprenons un sentier qui nous mènera à l’indicateur G115 Mare de Déu del Mont. Nous terminons de monter le chemin et arrivons au parking. Nous suivrons alors le chemin qui nous mènera jusqu’au sanctuaire afin de profiter des vues magnifiques sur toute la région de Gérone.Le retour se fait par le même chemin.

L’église du sanctuaire est de style roman tardif et date du début du XIVe siècle. Le presbytère, derrière l’église et adossé, date des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle conserve, bien restaurée, la chambre qu’occupait Verdaguer avec le mobilier de l’époque (et où il va terminer d’écrire le poème Canigó).